Middle East atemporal

Decembrie 5, 2011

Syrie: la guerre de l’ombre

Filed under: Uncategorized — mihaibeltechi @ 3:49 pm

 

28028.jpgPepe Escobar.Pepe Escobar est un éditorialiste connu du journal en ligne ASIA TIMES ON LINE. Il a publié plusieurs ouvrages de géopolitique.  De retour d’un voyage en Syrie il fait le point sur les enjeux internationaux  où les civils syriens sont au cœur de ce qui n’est pas , quoi qu’en dise Hillary Clinton, une guerre civile mais un conflit international de grande ampleur où pour la première fois le clan de la contre révolution préventive Etats-Unis-Otan-Israël-Pétromonarchies, élargi récemment à la Turquie, est face au groupe émergent du BRICS.

L’écoute attentive des médias français dominants ne laisse aucun doute sur l’intégration  totale du groupe au pouvoir  dans le quartier général de la contre-révolution.

Comaguer


Cible : la Syrie – objectif  stratégique qui dépasse la Libye. Le décor est planté. Les enjeux ne pouvaient pas être plus élevés. la Syrie vaut elle deux fois la Libye? C’est plus comme la Libye en remix. Avec la même justification de « responsabilité de protéger » mettant en vedette des civils bombardés dans la « démocratie ». Mais sans résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies (la Russie et la Chine y mettront leur veto). A la place, la Turquie est en vedette, attisant les flammes de la guerre civile. 

La Secrétaire d’État US  Hillary Clinton: ” Nous sommes venus, nous  avons vu, il est mort ” a défini le scénario  à la télévision indonésienne quelques semaines auparavant, quand elle a prophétisé qu’il y aurait ” une guerre civile ” en Syrie, avec une  opposition bien financée et ” bien armée ” remplie de déserteurs de l’armée.

Maintenant c’est à l’OTAN- CCG (Conseil  de Coopération du Golfe) d’y arriver. OTAN-CCG est bien entendu maintenant la symbiose pleinement accomplie des sélectionnés pour l’opération

Les membres de l’organisation du traité Atlantique Nord tels que la Grande-Bretagne et la France et les pétromonarchies sélectionnées du Conseil de coopération du Golfe, c’est-à-dire  le Club contre-révolutionnaire du  golfe, tels que le Qatar et les Émirats arabes Unis (EAU).

Alors n’hésitez pas à vous  prélasser dans la lumière d’un autre paradis mercenaire.

 

La  guerre  de  l’OTAN-CCG

Les Libyens anciennement connus comme rebelles, avec le consentement explicite de Mustafa Abdul (aussi appelé Jalil) président OTAN du Conseil National transitoire (CNT), ont déjà expédié en Syrie – via la Turquie – 600 troupes fraîches hautement motivées par le  renversement du régime de Kadhafi, pour combattre aux côtés de l’Armée de Syrie Libre (ASL). C’est la suite  d’une réunion secrète à Istanbul entre le CNT et les ” rebelles ” syriens, renommés Conseil National syrien (CNS)

Les Libyens à la gâchette heureuse ont accès à une foule d’armes pillées dans les  dépôts militaires du régime de Kadhafi, ou ” données ” généreusement  par l’OTAN et le  Qatar. Un délicieux parallèle peut déjà être retracé avec la maison Saud dans les années 1980 – qui a donné le feu vert pour que les islamistes durs aillent  combattre en Afghanistan, au lieu de mettre le feu à la maison.

Pour le CNT, il est préférable de tenir au loin dans le Moyen-Orient ces guerriers lourds de testostérone en chômage, plutôt que de les laisser mettre le feu en Afrique du Nord. Et pour  la Turquie, membre de l’OTAN, en l’absence de guerre (la faute à ces fichus russes et chinois), la meilleure option est de s’appuyer sur des mercenaires pour faire le travail.

La pression est implacable. Des  diplomates à Bruxelles ont confirmé à Asia Times Online que les opérations OTAN-CCG ont mis en place un centre de commandement à Iskenderun, dans la province de Hatay en Turquie. La ville cruciale d’Alep, en Syrie du Nord-Ouest, est très proche de la frontière turco-syrienne. le motif officiel  de ce centre de commandement  est de créer des  « couloirs humanitaires ” vers la Syrie.

Bien que ces ” humanitaires ” proviennent de membres de l’OTAN : États-Unis, Canada et France et des membres de la GCC : Arabie saoudite, Qatar et Émirats arabes Unis, le prétexte est que ce sont seulement d’ « innocents  instructeurs » et qu’ils ne font pas partie de l’OTAN. Inutile de dire que ces philanthropes se composent de troupes des armées de terre, de mer et de l’air, et de spécialistes de l’armement. Leur mission : s’infiltrer dans le nord de la Syrie, notamment à Idlib, à Rastan, et à Homs mais surtout, objectif principal, Alep, la plus grande ville de Syrie, avec au moins 2,5 millions d’habitants, où la majorité sont des sunnites et des Kurdes.

Même avant cette nouvelle de Bruxelles, l’hebdomadaire français satirique « Le Canard enchaîné » – ainsi que le quotidien turc « Milliyet » – avaient déjà révélé que les commandos des services spéciaux français et le MI6 Britannique assuraient la  formation de l’ASL aux  techniques de guérilla urbaine, en Hatay dans le sud de la Turquie et à Tripoli, dans le nord du Liban. Les Armes – de fusils de chasse aux mitrailleuses Israéliennes et aux lance-roquettes – ont été fournies clandestinement en masse.

Ce n’est un secret pour personne qu’en Syrie les bandes armées – des salafistes aux  petits voyous – ont attaqué les soldats réguliers, la police et même les civils depuis le début du mouvement de protestation. Environ 3 500 personnes ont été tuées depuis sept mois, un grand nombre de civils et plus de 1100 soldats ont été tués par ces gangs.

Et puis, il y a les déserteurs. Lorsque le régime Assad insiste sur le fait que la tragédie syrienne actuelle est en grande partie provoquée par des éléments bien rémunérés et bien armés – sans parler des mercenaires – au service des puissances étrangères, il est donc essentiellement dans le vrai.

A  Homs, une source locale raconte à Asia Times On Line qu’en ce qui concerne l’ALS, ” il est clair qu’ils sont juste une gentille couverture médiatique pour les criminels. Ils avaient une vidéo d’eux-mêmes à Baba Amr dans lequel ils apparaissent comme de complets  idiots.

Mais quels que soient ces enfants ou ces hommes, ils ont beaucoup de soutien parmi la population sunnite. En outre, ils ont des relais au sein de la communauté chez les  riches comme chez les  pauvres. Une femme chrétienne qui enseigne dans une école privée, juste à l’extérieur de Homs, qui a des élèves en majorité sunnites  a eu  sa voiture arrêtée et volée  par un gang quelconque. Lorsqu’elle est venue à Homs, elle a fait quelques appels téléphoniques et sa voiture a été rendue. Celui qui a volé sa voiture à l’extérieur des limites de la ville avait des connexions dans les classes moyenne et  haute de la ville et ils ont pu retrouver la voiture. Cela m’indique l’infiltration du dogme de la révolution à Homs. Le « concept » d’ASL est probablement assez soutenu, et la population  des  zones pauvres comme Baba Amr, Bayada et Khalidiyya peut soutenir d’elle-même l’ASL.

 
Tournée habituelle des votes

Tout comme en Libye, la Ligue arabe a aussi dûment rempli son rôle de barrière de protection pour l’OTAN-CCG, en votant des sanctions sévères qui incluent un gel des actifs du gouvernement syrien, aucune relation commerciale avec  la Banque centrale et plus d’investissement arabes. En bref : guerre économique. Le journal libanais « L’Orient, Le Jour » a poliment appelé cela ” un euphémisme politique ”. Sur Les 22 membres de Ligue, 19 ont  voté – la Syrie était déjà suspendue. L’Irak – où le gouvernement est à majorité Shiite et le Liban – où le Hezbollah fait partie du gouvernement – ont été les seuls à se  ” dissocier ” eux-mêmes du  vote

Pendant ce temps, le sale jeu opportuniste de chaises musicales – version syrienne – est également en cours. Le Conseil National syrien et ses cohortes islamistes rejettent totalement tout dialogue avec le régime de Bachar al-Assad. Le Secrétaire général des Frères  musulmans syriens, Riad Chakfi, promu ” rebelle libyen ”, a imploré l’armée turque d’envahir le nord de la Syrie et d’établir une zone tampon. Les exilés douteux tels que l’ancien vice-président Abdelhalim Khaddam – exilé à Paris – et un autre vice-président, Rifaat al-Assad – exilé en Espagne – ont l’illusion  de croire que les Frères Musulmans (qui seront  le groupe dominant  dans la  « nouvelle » Syrie) leur permettraient de s’asseoir sur le trône.

C’est carrément idiot – parce que le nom du jeu dans la  « nouvelle » Syrie sera « Maison des Saud ». La Maison des Saud est le lien crucial entre les Frères Musulmans en Égypte (qui sont  de plus en  plus proches de la prise  du pouvoir) ; le parti de l’AKP en Turquie (qui est essentiellement une confrérie musulmane). et les Frères Musulmans en Syrie. Les Saoudiens sont des investisseurs cruciaux en Turquie. Ils se positionnent comme principaux investisseurs en Égypte. Et ils sont en train de mourir d’envie de devenir des grands investisseurs dans la Syrie « nouvelle ».

Puis, il y a la question clé du jeu de la Turquie. Dans le dossier syrien, elle n’est plus du tout un médiateur elle est devenue l’avocat effronté du changement de régime. Oubliez l’entente de Téhéran-Damas-Ankara, qui était une réalité il n’y a pas si longtemps, en 2010. Oubliez le pouvoir d’influence et la politique étrangère annoncée du ” zéro problème avec nos voisins ”, inventée  par le ministre des affaires étrangères, Ahmet Davutoglu.

Davutoglu lui-même a annoncé des sanctions de la Turquie sur la Syrie – une copie de celles de la Ligue arabe, avec le gel des avoirs financiers du gouvernement et aucune transaction avec la Banque centrale. Davutoglu insiste pour dire qu’une zone tampon militaire à l’intérieur de la Syrie, le long de la frontière avec la Turquie, n’est ” pas sur l’agenda ” – mais c’est exactement ce que ces obscurs  instructeurs  humanitaires NATO-GCC sont là pour faire. Depuis la mi-novembre les médias turcs ont  été très actifs détaillant des plans pour une zone de non survol dans le nord de la Syrie et sur la zone tampon susmentionnée, qui s’étend jusqu’à Alep. Le mobile ? Demandez  au ” prophète ” Hillary Clinton : « fomenter la guerre civile ».
Déballage, style Club Med

Dans sa folle précipitation à vendre le modèle politique turc pour les parties du monde arabe à  majorité sunnite (les pays du CCG eux n’achètent  pas), la Turquie peut mettre sévèrement en danger ses relations cruciales avec la Russie et l’Iran. Environ 70 % de l’énergie de la Turquie est importée de Russie et d’Iran. Sans oublier de mentionner que la Russie et l’Iran sont furieux contre la Turquie qui cède à la pression de l’OTAN pour accueillir une station radar dans le cadre de la défense antimissile.

 

La Russie a des idées très claires sur le scénario syrien. Le ministère russe des affaires étrangères a été plus qu’explicite depuis maintenant des semaines : « Nous n’acceptons absolument pas un scénario d’intervention militaire en Syrie. »

La réunion des ministres des affaires étrangères adjoint du groupe émergent du BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud), la semaine dernière à Moscou, a été sans ambigüité.

les pays du BRICS ont pour l’essentiel tracé les lignes rouges. Aucune excuse que ce soit pour une intervention étrangère en Syrie, et ” toute interférence extérieure dans les affaires de la Syrie, non conforme à la Charte de l’ONU, doit être exclue. » Pas de ” bombes sur l’Iran » ; au lieu de cela, dialogue et négociations. Et aucune sanction supplémentaire jugée ” contre-productive”. Les pays BRICS voient clairement comment le scénario libyen s’est lentement transformé en une  guerre modifiée OTAN-CCG.

Pour ajouter la sauce supplémentaire, le porte-avions Amiral Kuznetsov – équipé de missiles nucléaires – a déjà quitté Mourmansk vers la Méditerranée orientale, aux côtés du destroyer amiral Chabanenko et la frégate Ladny. Ils arriveront à la base navale de Tartous, en Syrie, à la mi-janvier et seront rejoints  par d’autres navires de la flotte russe de la mer Noire.

Tartous, qui héberge  environ 600 militaires et des techniciens du ministère de la défense russe, est un centre de maintenance et de ravitaillement en carburant de la flotte russe de la mer Noire. Ce  sera excitant  de voir si les Russes inviteront  les membres du groupe de combat naval  du porte-avions George H.W. Bush – maintenant également en Méditerranée orientale – pour un match de volleyball.

Il est juste de dire que des masses de Syriens veulent quelque chose d’autre que le régime Assad – mais certainement pas une variante du bombardement humanitaire, sans parler d’une guerre civile. Ils ont vu l’héritage de l’OTAN en Libye : pratiquement toute l’infrastructure du pays détruite, les villes bombardées réduites en  poussière, des dizaines de milliers de morts et de blessés, des fanatiques liés à Al-Qaïda détenant le pouvoir à Tripoli, la haine ethnique généralisée. Ils ne veulent pas un nouveau massacre. Mais l’OTAN-CCG le veut.

Pepe Escobar

Article original en anglais : The shadow war in Syria

Traduction : Comaguer

 


Quelques compléments Comaguer 

– L’enjeu militaire pour la Russie  de la guerre de Syrie est celui du maintien de la base navale de Tartous. Déjà privée de la possibilité de ravitaillement dans les ports libyens la flotte russe n’aurait plus aucun port d’accueil en Méditerranée. Or, à l’image du porte-avions Amiral Kuznetsov, les navires de guerre russes, tous construits avant 1991, ne sont pas, à l’exception des sous-marins, à propulsion nucléaire et ont donc besoin de carburant …

– les résultats des élections législatives partielles en Egypte confirment la prochaine arrivée au pouvoir des Frères Musulmans, un pouvoir qu’ils devront partager avec une armée puissante mais avec laquelle ils n’ont pas de désaccord sur la ligne globalement contre-révolutionnaire.

– Rifaat El Assad est l’oncle de Bachar El Assad. Il a  d’abord tenté de succéder à son frère Hafez el Assad qui l’a progressivement éliminé et a retenté sa chance sans succès au moment de l’arrivée au pouvoir de Bachar El Assad. Il a vécu en France et en Espagne et habiterait maintenant Londres. Il  bénéficie du soutien  de la monarchie saoudienne. Il a fondé la chaine satellitaire : Arab news network que dirige son fils.

http://comaguer.over-blog.com/

Lasă un comentariu »

Niciun comentariu până acum.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Lasă un răspuns

Completează mai jos detaliile despre tine sau dă clic pe un icon pentru autentificare:

Logo WordPress.com

Comentezi folosind contul tău WordPress.com. Dezautentificare / Schimbă )

Poză Twitter

Comentezi folosind contul tău Twitter. Dezautentificare / Schimbă )

Fotografie Facebook

Comentezi folosind contul tău Facebook. Dezautentificare / Schimbă )

Fotografie Google+

Comentezi folosind contul tău Google+. Dezautentificare / Schimbă )

Conectare la %s

Blog la WordPress.com.

%d blogeri au apreciat asta: